News

A la découverte de Black Butler

Ecrit par Flipper

 

C’est en 2006 au Japon que le manga Black Butler (Kuroshitsuji en japonais dans le texte) commence à être publié dans le magazine japonais Monthly GFantasy. Cette oeuvre est issue de l’imaginaire foisonnant de Yana Toboso, visiblement passionnée par la Grande Bretagne de la fin du XIX ième. En effet, pour étoffer son oeuvre, cette mangaka n’a pas lésiné sur les recherches et cela transparaît dans de nombreux détails de l’histoire…

Et l’histoire justement, quelle est-elle ?

Pour faire court et simple, il s’agit des aventures de Ciel Phantomhive, un jeune comte âgé de 12 ans. Devenu brusquement orphelin, il se retrouve entre les mains d’abominables individus. Afin de mettre un terme à cette atroce situation, il scelle un pacte avec un démon et dispose donc de cet être maléfique pour découvrir l’identité de ceux qui ont bafoué le nom de la famille Phantomhive et obtenir vengeance. Parallèlement, le jeune comte maintient les diverses activités d’un chef de famille et celles de limier de la reine. S’enchaînent donc des affaires sombres et sordides qui font finalement le cœur du manga. Glauque, morbide et lugubre (le summum de la joie de vivre), l’atmosphère serait particulièrement insoutenable sans l’adresse si particulière de madame Toboso. Grâce aux personnages dotés d’une innocence attachante et aux légères touches d’humour British (humour British mais made in Japan), on obtient un équilibre entre la noirceur du contenu et l’élégance instaurée. D’ailleurs ce parallélisme est un reflet plutôt convaincant de ce que l’on connaît de l’Angleterre du XIX ième. Entre la misère profonde, la violence omniprésente et le luxe raffiné des grandes maisons nobles, la limite est mince, et c’est déterminé que ce jeune garçon avance dessus, accompagné de son mystérieux Black Butler.

Il n’est pas inutile de préciser qu’il n’y a pas vraiment de spoil, ces éléments de l’intrigue sont très vite voir directement mentionnés ou rapidement expliqués.

L’animé comporte actuellement 3 saisons. Les deux premières sont indépendantes du manga écrit mais la troisième suit les premiers livres, ce qui est parfois un peu déboussolant puisque cela chamboule un peu la chronologie des faits, comme par exemple l’apparition des personnages. En effet, l’animé fait entrer en scène les personnages en fonction des besoins scénaristiques des premières saisons. Cependant la troisième saison suit davantage la structure de l’écrit et réintroduit alors des personnages  ce qui est un peu redondant. Malgré cela, c’est une oeuvre très prenante qui peut convenir a un large panel de lecteurs et qui a valu à son auteure une récompense en 2010 lors des japan expo awards.

A propos de l'auteur

Flipper

laisse un commentaire