News Test Test Hardware

Test – La Ultimaker 2+

Ecrit par Shoops

Avant de commencer ce test, il faut savoir que la société Ultimaker est une société basée aux Pays-Bas. Ils se sont fait connaitre assez rapidement avec leurs imprimantes totalement en bois. Par la suite, ceux-ci ont développé un nouveau modèle baptisé Ultimaker 2. Puis un upgrade de ce modèle est arrivé avec la 2+. Et c’est celle-ci que nous allons voir plus en profondeur. 

Car la Ultimaker 2+ est un modèle certes haut de gamme avec un prix qui en arrêtera plus d’un, mais a la chance d’être dite Open source. Donc techniquement, facilement modifiable. Pour ce test, nous avons lancé un nouveau partenariat avec Trideus, mais nous vous en parlerons en fin de ce test.

On déballe ! 

Bon, il faut savoir que nous ne sommes pas des débutants dans l’impression 3D et que l’on a déjà travaillé dans l’industrie de l’impression. C’est ainsi que nous avons pu une fois sortit de la boite, la mètre en route très rapidement. Enfin, une fois la frigolite enlevée et le starter Kit mis de côté que nous avons pu admirer la finition de la bête et de ces 13 kilos mouillés. Accompagné de la machine, on retrouve quelques manuel et outil. Mais aussi 3 autres têtes d’impression permettant d’avoir un rendu plus ou moins fin. Pour toute la période de test, nous sommes restés sur la tête 0.4 qui était déjà installée de base.

Logiquement le pack inclut quelques outils en plus, sauf que le kit que l’on a reçu en test avait déjà un peu voyagé et ne comptait plus la totalité des pièces fournies de base. (Clé pour les têtes absentes, tourne vis aussi, stick de colle…) Mais pas de soucis, nous avions tout sous la main !

Une fois le tour des équipements fait, nous voilà prêts à installer le filament fourni avec. Notez que l’Ultimaker est une des rares à utiliser du Filament en 3mm. Et c’est là que l’on a vu l’ingéniosité du procédé. Ici pas besoin de se contusionner pour mettre le filament, un petit moteur le transportera dans une gaine plastique jusqu’a la tête d’impression.

Bon cela parait un peu compliqué dit comme cela, mais le site Ultimaker grouille de vidéo et autres guide pour les débutants ! Une fois donc la file mise, place au Calibrage de la machine ! Encore une fois, on voit qu’elle a bien vécu et que les instructions de base ne suivent plus trop. Techniquement la machine vous demandera de mettre le plateau a niveau une première fois puis d’utiliser une carte fournie avec pour mettre le plateau a la bonne hauteur pour l’impression.

Une fois cela fait, vous voilà parti pour votre premier test d’impression. Qui fut catastrophique chez nous. Le plateau ne voulant pas être à niveau. Mais pas de soucis ! On a du juste chipoter au vis de niveau pour rapprocher le tout et c’était prêt à sortir notre premier test ! Et comme devant tout nouveau jouet. Nous restions béa devant la rapidité de la machine.

CURA.

Par la suite, nous sommes passer a nos premiers tests hors des fichiers fournis sur la carte SD. Place au PRINT ! Pour faire cela, Ultimaker propose CURA, un logiciel avec tous les réglages machine ! De quoi faciliter la vie de l’imprimeur. Donc nous placote notre objet 3D, quelques réglages magiques plus tard. (On ne va pas vous ennuyer avec les remplissages, support, raft…) Voilà notre premier fichier prêt au print !

Cura est plutôt complet et intuitif. De plus le fait qu’il soit totalement gratuit aide à son développement.

Design futuriste. 

La Ultimaker 2+ est une vraie bombe. De plus son look lui donne un côté futuriste passe-partout que l’on apprécie grandement. Sans oublier que l’imprimante permet des impressions assez massives sans devoir passer par le modèle Extended. (plateau de 223 x 223 x 205 ) sans oublié que l’extrudeur de la machine est situé a l’arrière et non a coté de la tête d’impression. Ce qui garantit une plus grande longévité a celui-ci, car il ne subit pas la chauffe de l’impression. (C’est le petit moteur que l’on vous citait plus tôt ).

Son plateau en verre est quant à lui une grande force, car il est en plus chauffable. Donc à vous les joies du PLA ou de l’ABS ou autres. Bémol cependant pour l’ABS, le châssis ouvert est des plus problématique si vous compté passer par cette matière. Si vous n’êtes pas expérimenté dans l’impression, vous risquez grandement d’être frustré de vos échecs. Et autant dire qu’il y en aura.

Avec une bonne calibration, la machine tournera en boucle sans erreur et avec une qualité surprenante. Notez au passage qu’elle prend moins de deux minutes à être prête à l’impression. Ce qui est extrêmement rapide pour une imprimante 3D.

Finalement, on finira par sa nuisance sonore. Et quand on a travaillé dans un centre d’impression, ce point est impérativement le plus important. Et l’Ultimaker 2+ est magnifique à ce niveau-là. Aucune nuisance a plu d’un mettre de celle-ci. Elle est aussi rapide que silencieuse. Un must pour le calme ambiant.

Les prints ! 

Nous n’avons rien a redire quand a la qualité des priants. Tout ce que nous avons réalisé avec la machine est un succès ! Certes celle-ci a un peu de mal à réaliser des plats types dessus-de-porte sans un peu d’affaissement.

On notera que les supports créés par la machine sont aussi en béton armé et parfois abime l’impression. Ce qui demandera pas mal d’huile de coude pour lisser le tout. Cela se marquera encore plus sur les plus petites pièces. Pour vous donner un exemple, on vous partage tous les priants réalisés avec la machine.

Conclusion. 

La Ultimaker 2+ est une machine qui ravira les confirmés comme les débutants. Bémol cependant est de passer par Cura pour tout les prient. (Nous avions testé avec Simplify et avons eu quelques soucis.)

Bémol cependant, son prix qui en freinera plus d’un. Mais pour l’ensemble, elle remplit tout ce qu’on lui demande, de l’impression et de la qualité !

Ce test a pu être réalisé grâce à notre partenaire Trideus.
Liens vers La Ultimaker 2+ :  ICI
Liens vers notre partenaire : ICI

 

 

 

 

 

 

 

Avant de commencer ce test, il faut savoir que la société Ultimaker est une société basée aux Pays-Bas. Ils se sont fait connaitre assez rapidement avec leurs imprimantes totalement en bois. Par la suite, ceux-ci ont développé un nouveau modèle baptisé Ultimaker 2. Puis un upgrade de ce modèle est arrivé avec la 2+. Et c'est celle-ci que nous allons voir plus en profondeur.  Car la Ultimaker 2+ est un modèle certes haut de gamme avec un prix qui en arrêtera plus d'un, mais a la chance d'être dite Open source. Donc techniquement, facilement modifiable. Pour ce test, nous avons…
Packaging - 10
Démarage - 8
Print - 8.5
Qualité/Prix - 6.5

8.3

Bon

User Rating: Be the first one !

A propos de l'auteur

Shoops