ESL Proximus Championship Winter Season 2019 – Interview Sector One

Dans le cadre de l’ ESL Proximus Championship Winter Season 2019, nous vous proposons une interview de Damien Rapoye Manager pour Sector One !

1. Comment et quand s’est constituée votre team ?

Sector One a été créé en 2014 par trois personnes dont Ken Sevenants actuellement toujours présent, je l’ai rejoint en 2017. La structure a historiquement une grande base sur LOL, puis Hearthstone. Depuis deux ou trois ans d’autres jeux ont été rajoutés comme CS:GO. Jeroen ‘Night’ Segers est le joueur principal sur LOL depuis 2016. C’est ce qu’on essaie de trouver dans nos roosters, toujours avoir un joueur clé pour construire une équipe autour de lui.

2. Que représente pour vous l’ESL, son implication dans l’écosystème E-Sport belge ?

Pour nous c’est important d’être en finale, malgré qu’en Belgique il n’y a qu’une seule saison sur l’année. Par rapport à notre main sponsor, c’est important d’être visible sur ce tournoi.

L’obligation d’avoir minimum deux joueurs belges dans les équipes permet de voir l’éclosion de nouvelles équipes et de nouveaux talents. On espère toujours avoir plus de belges mais de manière réaliste, on doit compléter les équipes avec des joueurs néerlandais.

D’avoir scindé la compétition Benelux avec un tournoi belge est une motivation pour de nouvelles équipes locales. Des silver et gold ont une motivation pour viser un niveau supérieur par rapport aux joueurs plus expérimentés. TimeOut est un bon exemple de progression, l’équipe avait joué les play offs sans réussir à se qualifier pour les finales en 2018. Cette année, ils ont présenté une équipe sur les deux jeux, sont très présents sur les réseaux sociaux et cherchent à se mettre en avant en ayant bien compris le fonctionnement de l’écosystème. C’est un exemple à suivre pour les futurs structures.

L ‘ESL ne propose pas automatiquement un accès vers les tournois internationaux, sur LOL c’est la BPL qui fait le job. Pour CS:GO cette année l’équipe gagnante de la finale aura un ticket pour … Il faut être réaliste et se demander si le niveau belge et même Benelux est suffisant pour être présent au niveau européen.

3. Comment s’est déroulé pour vous les phases qualificatives ?

L’équipe LOL a été créée au mois d’août pour l’ESL Proximus mais aussi la BPL (Benelux Premiere League). On a toujours eu en tant que sub le joueur belge Pavlos ‘Mytheos’ Voriatzidis qui a joué dans les anciennes line-ups et est devenu un membre fixe pour la fin de saison. Anciennement, il était ADC mais pour ce tournois ESL Proximus, il joue en position de Top qu’il assume très bien. L’équipe a aussi eu un changement entre le split BPL et ESL au niveau du Support. Le néerlandais Richard ‘Barrage’ Gielisse est venu renforcer l’équipe et joue maintenant avec son frère Michael ‘Joekie’ Gielisse qui lui est Jungler. Ils ont donc l’avantage d’avoir l’habitude de jouer ensemble.

4. Quelles sont vos attentes pour la finale, dans quel état d’esprit sont vos joueurs ?

En l’absence des Defusekids, contre qui nous avons systématiquement été second sur les tournois où nous les avons affronté cette année, nous visons la première place.

Nous avons deux équipes qualifiées, sur CS:GO sera plus difficile car le niveau des finalistes est assez proche. Pour LOL difficile de se préparer car les patchs actuels ne sont pas ceux de la finale ESL Proximus, donc plus difficile de trouver des joueurs pour l’ancien patch.

Sur CS:GO un joueur a été remplacé dans l’interval avec un sub assez connu Petra Stoker, mais qui en raison d’accords avec sa structure Besiktas ne pouvait pas rester. Yannick YNC Van Boven a finalement été remplacé par ‘MaximN’ Nonglaire, nous permettant d’avoir un rooster très expérimenté en finale mais qui n’ont pas eu beaucoup l’occasion de jouer ensemble. Le bootcamp du week-end dernier chez Outpost Anvers a permi de se préparer et développer nos stratégies. La finale qu’on espère est contre Tenerif Titans, c’est surtout ça qu’on a travaillé, plus que Gamefist qu’on rencontre en demi-finale. Ils ont trois line-ups ; en plus de celle de l’ESL Proximus, il y en ont une pour Gameforce et une pour Kayzr League qui est plutôt pick-up avec des individualités.

5. Que représenterait pour votre team une victoire en finale ? Quel impacte sur la saison prochaine ? La suite de votre carrière ?

C’est aussi important pour les joueurs, pour consolider les équipes que pour nos sponsors. SO se positionne comme une des structures les plus professionnelles de l’écosystème mais il est important que les résultats suivent.

6. Comment voyez-vous l’évolution de l’E-Sport en Belgique, en particulier d’une perspective de team / joueur ?

Ce que l’écosystème a surtout besoin ce sont des tournois réguliers tout au long de l’année, ça permet d’avoir des line-ups plus stables. Pour l’instant, on doit faire des tournois à l’étranger, notamment en France pour garder les équipes actives. Cette année, il n’y avait que la Kayzr League avant l’ESL Proximus. Une équipe comme Brussels Guardians par exemple ne fonctionne que sur un seul jeu. Avec le manque de compétitions en Belgique, il leur a été difficile de maintenir l’activité de l’équipe et donc de la structure.

Les équipes doivent se structurer, aujourd’hui il n’y a que SO et Defusekids qui sont constitués en société, d’autres comme Gamefist le sont en asbl mais le plus souvent, ce sont des associations de fait. Il est important d’avoir une structure professionnelle pour rassurer les sponsors qui investissent l’argent.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :