Test – Concrete Genie

Sony et Pixelopus s’associent pour nous offrir le magnifique titre de Concrete Genie. Si Pixelopus ne vous dit rien, c’est le studio derrière le prenant Entwined qui avait rencontré un beau succès. Pour cette fois-ci, le studio nous mets dans la peau d’Ash (non pas celui de Pokémon) qui devra à coups de pinceau redonner des couleurs à sa ville mise à mal par les ténèbres qui l’envahisse de plus en plus. Ce sera donc accompagné de votre pinceau magique et de diverses créatures issues de votre imaginaire que vous allez devoir partir à l’aventure ! Ouvrez donc votre imagination, on démarre ce test !

L’imaginaire pour limite.

Alors que notre jeune Ash nous parle de sa ville de Denska tout en étant perdu dans ces pensées Nous découvrons l’amour de notre personnage pour le dessin. C’est d’ailleurs lors d’une de ces aventures que notre héros se fera mal mener par des bruts du voisinage qui iront jusqu’a détruire notre carnet de dessins et nous enfermé vers le phare de la ville. C’est à ce moment-là que tout parti en vrille et que notre page perdue nous conduise vers une sorte de pinceau géant permettant de donner vie aux créatures de notre imaginaire.

C’est à ce moment-là que l’on voit qu’elle sera notre but. Rendre la lumière et la joie à notre ville devenue morose et terne envahis de ténèbres.

Plus qu’un simple plate former.

Le titre alternera entre diverses phases de création mais aussi de plateforme et d’infiltration. Car les brutes vous pourchassent et vous devrez souvent vous cacher afin qu’elle ne vous voit pas et ainsi pouvoir continuer votre chemin. ne vous attendez cependant pas à de la grosse difficulté, on est la sur un titre enfantin donc on vous prendra souvent par la main pour vous aider à accomplir votre tâche. N’hésitez pas non plus à utiliser de vos Génie. Pour les phases d’infiltration par exemple, celles-ci peuvent distraire vos ennemis pour vous permettre de passer. Toute la ville est construite pour être une passoire à difficulté. Vous grimpez sur un mur et hop magie vous êtes invisible. Donc ne vous attendez pas à une IA à la pointe des jeux actuelle. Et puis bon, ce n’est pas le but ici non plus.

Tout le titre se base avant tout sur les mécaniques liées a la peinture. Car celle-ci n’est pas statique pour autant, elle prenne vie sous vos yeux avec vos propres choix. Et pour éliminer les ténèbres qui envahisse la ville, vous devrez allumer des guirlandes en peignant à proximité de celle-ci. Mais voilà, parfois, les ténèbres vous bloqueront le passage et vous devrez venir à bout de diverses énigmes pour pouvoir avancer. Heureusement, Splotch, un petit génie qui a élu domicile dans votre sac est là pour vous guider et vous donner des indices sur ce qu’il y a à faire.

Si la sensation de liberté est présente, en réalité, le joueur va suivre une suite d’énigme mise çà et là pour le conduire à un endroit voulu par le jeu afin de faire avancer l’histoire. Votre liberté n’est qu’illusion car vos créatures vous diront toujours ou aller. Sans oublier que certain passage vous seront tout bonnement bloquées sans une compétence précise. On le répète encore, il n’y a aucune difficulté et le titre vous conduira où il veut. Mais son but premier est avant tout d’ouvrir votre imagination et vous donner l’envie de créer toute sorte de tableau au gré de vos envies. Le titre ne vous forcera jamais à créer une chose plutôt qu’une autre. À ce niveau-là, on prend un grand plaisir a créé des scènes uniques qu’aucun autre joueur ne reproduira.

Ouvrez votre esprit !

Comptez 5h pour venir à bout du titre et encore plus pour couvrir tous les murs de graffiti. Si le titre est simpliste et attireront surtout les plus jeunes joueurs. On notera que l’histoire et le fond qu’elle veut transmettre sont prenant et marquera facilement les esprits. De plus, l’univers graphique du titre est plus que mignon et sans défaut. On prend du plaisir à regarder les cinématiques puis reprendre directement l’aventure pour savoir ce qui va nous arriver par la suite.

Notez que le titre offre aussi son mode PSVR avec la possibilité de créer des tableaux en VR selon vos envies. Rien de compliquer en soi on prend juste le temps et l’envie de créer son petit monde en VR et regarder le tout s’animer petit à petit. Certes pas l’option la plus prenante du titre. Mais il faut noter sa présence car c’est toujours un bon petit plus pou ceux ayant investi dans le PSVR et ces PSMOVE.

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :