Test – Disintegration

Quand on a appris que les anciens de Halo et S.O.C.OM étaient sur une nouvelle IP, autant dire que l’on attendait le résultat au tournant. Disintegration nous place dans le rôle d’un robot pilote qui a en grippe le groupe des Black Shuck. Une entité traquant le reste de l’humanité pour assouvir son pouvoir sur le monde entier. C’est donc abord de votre Gravicycle que vous allez devoir donner vos ordres et shooter à tout va. V1 Interactive voulant un mélange entre tactique et Fps autant dire que le mixe se voulait intéressant… Sur papier….

Tu as mal au pied, je suis dans mon Gravicycle. 

Disintegration nous place dans un futur ou l’humanité est mise à mal par Skyne… The Rayonne. Un groupe armé qui a pour but d’éradiquer l’humanité pour seul motif que les être de chair et de sang ne devrait pas exister. Cesta ce moment-là que vous allez rencontrer le héros. Romer shoal, un pilote de renom qui arrivera à s’échapper de sa prison ou il fut enfermé.

Bien sure, en tant que pilote, vous ne servez à rien sans votre véhicule. (Mais ne littéralement n’a rien). C’est pourquoi votre aventure vous conduira sur une ancienne base où vous trouverez… Tout ce qu’il vous faut pour lever une nouvelle résistance. Et avec votre nouveau Gravicycle, vous allez pouvoir partir sur les champs de bataille mettre à mal le grand méchant de l’histoire : Shuck.

Ayant testé la version PS4, on se rend compte que le titre n’est pas du tout prévu pour la manette. Les contrôles sont plutôt fluides. Mais dans le feu de l’action, la visée se fait souvent chaotique et prise de tête. On aurait aimé voir sur la console un aim permettant de rendre les combats plus fluides et moins frustrants.

Pour le reste, vous pourrez aussi contrôler des unités au sol afin qu’il aille attaquer des ennemis ou qu’il balance leurs compétences. Mais là aussi la visée étant le gros problème, il arrivera souvent que vous pointiez à côté des ennemis envoyant ainsi mourir vos alliez au centre de l’action. Heureusement, la mort n’est pas définitive et il vous sera possible de les faire revenir au bout d’un court moment d’attente.

Autant dire que c’est le point noir qui nous a fait rager plus d’une fois. La visée.

Un HUB… Secondaire…

À l’image d’un Destiny, le jeu dispose d’une zone d’attente entre deux missions. À l’image de destiny, il sera possible de s’y balader et d’apprendre un peu plus sur l’histoire et vos compagnons. Seulement, cela ne marche pas. Entre les quêtes annexes nous demandant de faire X kills ou d’utiliser une nouvelle compétence. Et le fait de devoir choisir sa mission ou améliorer son équipe. Cette zone est d’un vide sans vie.

On aurait limité préféré un enchainement de mission avec divers cinématiques sans s’encombrer d’un arbre de compétence aussi peu développé. Sans parler qu’il vous sera impossible de customiser votre Gravicycle. Celui-ci restera le même du début a la fin et seul votre armement pourra changer.

Du coté de l’histoire, on regrette que rien ne soit prenant. On la suit sans trop se poser de questions et sans jamais être impacté. Celle-ci manque cruellement de rebondissement et de twist. Sans parler de la fin qui sera rapidement oubliable.

Alors, certes, nous sommes sur un AA et nons une grosse production et cela ses ressant à tous les moments du jeu. Si les environnements sont assez diversifiés. On ne prendra pas le temps de les admirer tant ils sont vides d’intérêt. Le titre manque cruellement de vie et de peaufinage que pour en valoir réellement la peine. Et c’est dommage quand on sait qui sont les petites mains derrière. On aurait voulu un titre a la hauteur des dev et graphistes sur le projet.

Finalement, Disintegration est un AA classique qui fait ce qu’on lui demande : Shooter et donne des ordres. Un peu comme un retour en arrière autant de S.O.C.O.M mais avec un vaisseau qui glisse sur l’air. Le fun était à son minimum et l’histoire rapidement oubliable. Esperons cependant que le studio retienne de ces erreurs pour nous offrir une nouvelle IP à la hauteur de leurs réputations.

Disintegration
Overall
6/10
6/10

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :