Test – MediEvil

Dans la série des souvenirs d’enfance réveillés par certains noms Medievil est un des titres les plus connus des enfants et adolescent ayant eu a l’époque une Playstation ! Daniel Fortesque est un des noms qui a marqué pas mal d’esprit avec joie et frustration. Si le titre à reçu deux opus a l’époque et un remake sur PSP, la franchit à petit sombré dans l’oubli avant son retour sur PS4. Et autant dire que sur le coup… On n’aurait peut-être pas dû déterrer Sir Fortesque. 

Un retour au source.

Alors que notre personnage mourut sur le champ de bataille sans même avoir pu donner un coup d’épée, quand soudain un jour, le vil Zarok ramena les morts à la vie et au passage notre héros. Ce qui est pour nous une occasion de prendre notre revanche. Si vous allez devoir venir à bout de 21 chapitres et d’un bestiaire allant des goules aux dragons, on ne regrettera pas de repartir dans cet humour d’époque bien décalé manquant grandement au paysage actuel.

Si le titre rend hommage avant tout au grand classique du cinéma de genre, on ne niera pas que ce remake soit de qualité. Du moins visuellement. Car le titre a voulu se calquer au plus proche du jeu d’époque voir un peu trop… Bien trop. Même le gameplay essaye de rendre hommage.

Un bon remake est pour certain un jeu qui colle à la perfection au titre d’époque avec des graphismes actuels. Pour d’autres le gameplay doit aussi être totalement revu pour coller au genre actuel. Dans le cas de Medievil, on est sur le premier cas. Et autant le dire de suite, nous avons hésité à abandonner le titre dès les premières minutes.

Si le titre est en soi agréable à parcourir, on regrettera que le gameplay n’est pas été revu en profondeur. Entre les hits box foireux, les sauts approximatifs, les collisions menant à la mort sans raison, … Tout est une source de frustration constante. On a même parfois droit aux mêmes bugs cas l’époque. À croire que les développeurs ont reproduit tout a la ligne de code prêt sans se fouler de corriger les bugs. Et ces ça qui est rageant dans le titre. Heureusement, nous sommes en 2019 et les développeurs peuvent maintenant patcher tout cela au fur et à mesure du temps après la sortie de celui-ci. On est loin de 98 ou un jeu qui sortait bugger le restait à vie.

Si on passe outre de cela, on notera que la bande-son totalement remastérisée et le graphisme léché font de lui un titre qui aurait pu être un des meilleurs remakes souvenir de l’année. Alors oui, on ne critiquera pas la construction des niveaux etc., le titre venant tout droit des années 90, on ne peut pas le critiquer à ce niveau-là. Mais si un Medievil 3 apparaît un jour, il ne pourra pas être similaire aux 2 premiers.

Finalement, ce Medievil n’est pas mauvais, mais n’est pas bon non plus. Il est certes magnifique et offre des graphismes et une bande sa prenante. Mais ce fait handicapé par son gameplay tout droit venue avec ces bugs des années 90. On ne pourra conseiller le titre cas ceux ayant adoré le titre dans les années 90. Pour les autres, le titre sera une source de frustration constante.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :