Test – Romancing SaGa 3

Dans la série des titres inconnus en Europe et qui arrive plus de 20 ans plus tard, Square Enix nous offre cette fois-ci la joie de découvrir ou re découvrir pour certain : Romancing Saga 3. Un des meilleures séries apparut sur le marché et qui aura dû attendre un remaster pour venir dans les mains des amateurs de JRPG asiatique à l’ancienne. Un must !

24 ans d’attente !

On est donc ici sur une version corrigée et revue de Romancing Saga 3 afin de donné envie au joueur en dehors du japon de découvrir cette série prenante et complète. Remaster oblige, on retrouve ici tout ce que la série a offert, nous ne sommes pas sur un remaster douteux. On a tout ce qui a fait le succès du titre point barre !

Nous retrouvons un monde pris dans une malédiction qui tous les 3 siècles plonge le monde dans une éclipse mortelle. Avec cela, la malédiction entraine la mort des nouveaux née. Saufs que voilà, deux d’entre eux ont survécu. Mais pas de chance, il s’agit d’une part d’un futur roi démon et de l’autre côté un futur héros. Mais notre héros va-t-il choisir les ténèbres ou la lumière ?

une fois que vous avez assimilé tout cela, vous allez devoir choisir votre personnage parmi 8 proposé. De là, vous allez comprendre que l’histoire est bien plus complexe avec des soulèvements de royaume, trahisons et tout ce qui fait le succès des JRPG.

Ajoutez à cela toute une trame alternative et une flopée de quêtes annexes et vous avez de quoi tenir de nombreuses heures. On est loin des petites 20hs des RPG actuelle. Sans compté que vos quêtes vous permettront de recruter de nouveau héros pour agrandir votre équipe. Et autant dire de suite, le choix est énorme. À vous donc de voir vos affinités avec l’un ou l’autre.

Banner Saga 3 ne déroge pas à la règle et tout ce fait en temps réel à la manière des anciens anciens. On avance, on rencontre des ennemis et ainsi de suite. La différence viendra des inspirations qui permettra à vos personnages au fur et à mesure des combats d’apprendre de nouvelle capacité et devenir bien plus puissant, mais attention essayer d’obtenir ses compétences n’est pas sans danger.

Là ou le titre fait part belle des Final Fantasy encore plus, c’est que la gestion des équipements et autres peu totalement se faire en combat rendant les affrontements plus tactique et plus dynamique.

Finalement, on est certes devant un titre qui paraît daté. Mais le fait de le voir enfin arrivé avec une traduction anglaise au poil est juste jouissif. Sans compté que le titre n’avait jamais vu le jour chez nous sauf via des traductions douteuses de Rom sous le manteau. Un must pour les accrocs des JRPG old school. Attention cependant, le titre demandera du temps et de la patience sans compté qu’il faudra être réceptif au fait où le titre a plus de 20 ans !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :