Test – Death’s Door

0
253

Acid Nerve nous revient après le génialissime titan Soûl pour nous offrir Death’s Door. Au programme, la mort, des corbeaux et beaucoup de morts….

Un tout petit corbeau…

Tout commence lors de votre premier jour à la commission des faucheurs. On vous demandera d’aller faucher une âme. Et pas n’importe là quel, mais celle d’une personne que le conseille de faucheur n’arrive pas à obtenir. C’est donc armé de votre courage et parce que vous n’avez pas le choix que vous allez partir en quête de cette âme à faucher.

Le titre nous lance dans les bains très rapidement et nous présente son hub qui servira de raccourci à votre aventure. Mais surtout que vous allez souvent mourir de vos erreurs. Si le premier monde paraît simple, on se rend compte sur les boss que l’on fait rapidement des erreurs de débutant à vouloir aller trop vite.

Si l’hub central paraît terne et gris rappelant directement la mort et votre métier. Les différents mondes eux sont plutôt coloré et très détaillé. Le tout jouant sur les perspectives, vous devrez souvent vous creuser la tête pour arriver à bout d’une énigme pour obtenir divers bonus sur la map. Car pas mal d’entre eux seront visibles mais inaccessibles sans trouver la solution.

Pour le bestiaire celui-ci est assez varié que pour vous demander de temporiser. Si certains seront facilement tuables au corps à corps d’autres vous demanderont de réfléchir un peu plus ou voire d’utiliser votre arc. Ce qui permet de varier les phase de gameplay. Sans oublier que votre arsenal grandira au fur et à mesure de votre aventure ajoutant avec de nouvelles possibilités.

A la manière des ancien Zelda, Death’s Door vous demandera par moment de revenir en arrière afin d’accèder a un passage jusque la impossible a franchir car vous n’aviez pas les objets adéquoit. On prend un vrai plaisir a avancer dans les niveau et a chercher tout ce que l’on peut collecter avant d’aller plus loins ou de revenir en arrière.

Du coté des Boss, le titre n’est pas en reste avec chaque fois un nouveau boss au gameplay unique. Rien de compliqué en soi si vous apprenez leurs patterns vous les mettrez à mal rapidement. Cependant, il faut les retenir et surtout ne jamais se relâcher. Une erreur peut rapidement être fatal dans ce genre de jeu.

Finalement, Death’s Door c’est un peu un Zelda à l’ancienne qui aurait été voir du coté des Soûls. Pas forcément dur, mais pas forcément facile. Qui vous transportera de sa musique et son ambiance ou encore des personnages que vous rencontrerez. Un titre que l’on avait grandement attendu lors de le3, que l’on a adoré en preview et que l’on a adoré encore plus dans sa version finale où on en redemanderait presque un peu plus…

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici