Test – Avatar Frontiers of Pandora

0
284

Avatar, la série de films à succès étaient obligé de voir son adaptation en jeu tôt ou tard. Et la lourde tâche a été confiée à Massive Entertainment. Oui, un studio Ubisoft. Alors on ne va pas prendre de pincette. Chez Ubisoft, tout n’est pas bon à prendre. Même si Mirage ou Motorfest sont tout bonnement au top. Avatar ressemble de loin a ce que l’on a déjà vu. Donc on est parti du fait que l’on était en terrain connu. 

Pandora ton univers impitoyable…

Alors si le titre a déjà eu droit à son report, on peut croire que cela donnerai droit à un jeu non fini avec son lot de bug. Mais ça va, on a de la chance à ce niveau-là. Mais avant de parler de son gameplay, etc. Parlons de son histoire.

Les fans seront heureux quand ils verront que : oui, l’histoire du titre est canon ! Et donc fait suite aux aventures vu en film. On prend le contrôle d’un ou une Na’vi captive du RDA. Donc oui, un natif de Pandora directement. Ou l’on apprendra que suite au premier film, le projet de faire de nous des ambassadeurs est tombé à l’eau et que l’on va devoir fuir et apprendre nos racines et combattre l’envahisseur humain.

Et comme dans tout schéma du genre, on se rend compte que l’on place tous les espoirs sur nous. Et c’est par cela que vous aurez droit à une trame principale qu’il sera possible de faire directement. Ou de partir à l’aventure pour découvrir les peuples et aider vos semblables et la résistance.

Pas d’expérience, mais…

Le titre vous proposera au fur et à mesure de vos aventures de récupéré du stuff et es points de compétences. Qui seront directement lié à votre niveau. Entendez par là que plus vos équipements seront puissant, plus ils impacteront votre niveau. Et il en va de même des points de compétence. Ce qui fait que l’on ne comprend pas toujours la justification des niveaux dans diverses quêtes.

En parlant d’équipement, on retrouvera le meilleur des deux mondes. Entendez par là que vous aurez par moment des équipements et armes Na’Vi. Mais aussi humain. Entre arcs ou fusils automatiques, tout est mis en place pour faire de vous une arme de destruction. Ajoutez à tout cela les compétences Ancêtres que vous devrez trouver sur la map. Vous aurez de quoi être ultra polyvalent.

Le titre est pour cela diviser en 3 biomes qui vont vous offrir du dépaysement et du déjà vu avec les films. Et c’est ça que l’on aime avec le titre. On retrouve pas mal d’élément de la saga. Oui, le titre est avant tout là pour ca., mais autant offrir de la liberté. Et comme dans les dernières production ubisoft. On est en terrain connu a ce niveau-là. Et c’est peut être aussi ce que l’on reprochera au titre. De ne pas être totalement original et utiliser un schéma connu des autres sagas du studio. Entre FarCry et Assassin’s Creed… On sent le réchauffé.

L’autre souci viendra du monde en lui-même. Si au premier regard, le titre est beau et vaste. On remarquera aussi que très souvent les textures sont moches. Alors, oui, dans son ensemble sur PS5, le titre est joli. Mais par moments, on se demande si l’on est dans le même jeu. Et c’est dommage tant, le monde de base est beau dans son ensemble.

Le monde est vaste et comme dans pas mal de titre d’Ubisoft, on va rapidement laisser tomber la balade a pied tant c’est d’une lourdeur de devoir aller d’un point a un autre. Chance, le titre a des systèmes de téléportation qui certe casse l’immersion, mais vous fera gagner du temps. Ce qui sera aussi le cas quand vous aurez enfin accès aux montures. Une fois cela débloqué, plus question de se déplacer a pied.

La flore et la faune…

Un point qu’il faut citer dans Avatar est son système de craft et récolte. En gros, vous devrez souvent obtenir des matériaux pour vos stuff ou craft. Et pour ce faire, la cueillette et la chasse sont présent.

Jusque-là rien de bien méchant. Mais quand vous apprenez que pour avoir du loot de meilleur qualité, des conditions sont requise… Cela devient vite une prise de tête sans nom. Tué de la mauvaise manière et vous aurez du loot basique. Ne pas cueillir de nuit ou sous la pluie, pareille. Autant dire que cela prendra rapidement la tête au point de ne plus vouloir chasser ou cueillir.

Dommage, car pour trouver les ressources, vous aurez droit à une encyclopédie pour trouver ou pister ce que vous recherchez. L’idée en soit est très bonne même si par moment trop aléatoire.

Vous l’aurez compris. Avatar a une durée de vie pas grande en ligne droite et demandera de fouiller pour avoir droit a son plein potentiel. Autrement dit, si vous faites une ligne droite, vous aurez droit cas une partie du monde que le titre offre. A voir si les futur DLC compléteront ces zones qui ne sont là que pour le plaisir de voyager.

Finalement, Avatar aurait pu être une sorte de FarCry Primal, mais nous place sur Pandora avec les Na’Vi. Le titre n’est pas mauvais. Mais il n’est pas un jeu de l’année non plus. Il plaira surtout au fan de la saga et au amoureux de quêtes par millier. Pour les autres, il sentira le FarCry light. Dommage, car le titre a tellement à offrir et a montré. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici